Togo : un programme de couverture sociale pour 2 millions d'élèves

Fric-Afrique avec La Tribune | mardi 12 septembre 2017 14:08

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/fricafri/www/includes/classes/socialNetworkShareCount.php on line 391: file_get_contents(https://graph.facebook.com/http://www.fric-afrique.fr/togo--un-programme-de-couverture-sociale-pour-2-millions-d-eleves--a--20353.html?access_token=526643900771249|9cc692b0110d070d0b9af2416f211546): failed to open stream: Connection refused

L'Etat togolais vient de lancer un projet dénommé « School Assur », une initiative visant à offrir la protection sociale à deux millions d'élève et d'écoliers sur toute l'entendue du territoire togolais. Avec ce projet, le pays va effectuer un saut qualitatif et approcher les 40% de couverture sociale de sa population.

Le gouvernement togolais continue ses efforts dans le cadre du mandat social annoncé par le chef de l'Etat Faure Gnassingbé en début d'année. Les autorités du pays ont lancé ce mercredi 30 août 2017, un projet dénommé « School Assur ». D'après un communiqué du gouvernement transmis à la presse, il est destiné à offrir la protection sociale à 2 millions d'écoliers et d'élèves sur l'ensemble du territoire togolais.

« Le projet vise à permettre à tous les élèves de disposer d'une protection sociale minimale afin qu'ils puissent être protégés contre les conséquences financières découlant d'une maladie ou d'un accident. Il s'agit principalement de leur permettre de pouvoir se soigner convenablement et de se prémunir contre les conséquences financières des maladies et des évènements accidentels pouvant survenir durant leurs parcours scolaires », explicite le communiqué du gouvernement.

Selon le document, cette protection sociale via une assurance garantira le paiement d'une indemnité en cas d'invalidité et le remboursement des frais médicaux dans la limite d'un plafond défini à l'occasion d'un accident au cours duquel l'étudiant assuré serait victime. « Ce qui éviterait aux parents de sacrifier leurs ressources pour les soigner ou s'endetter pour couvrir les factures de soins, comme c'est le cas actuellement pour de nombreux parents d'élèves », ajoute le communiqué.

Programme d'assurance gratuite, maladie et responsabilité civile, School Assur ne peut être effectif sans le partenariat des compagnies d'assurance. Deux sociétés d'assurance ont été retenues dans le cadre du projet. Il s'agit des groupes NSIA et Ogar. Les deux se sont engagés vis-à-vis de l'Etat à proposer des contrats compétitifs aux jeunes assurés et à réagir avec efficacité lors de sinistres.

« C'est un projet innovant encore vu nulle part. L'Etat a choisi nos deux compagnies, des groupes spécialisés dans la gestion de la santé. La gestion sera faite en professionnel. C'est aussi une lutte contre la pauvreté », a déclaré tout joyeux Jean Kakou Diagou, le patron de NSIA.

40% de couverture sociale visé

A travers le projet School Assur, les enjeux du gouvernement togolais vont plus loin. Les autorités du pays prévoient atteindre une couverture sociale de 40% de la population estimée à 7,5 millions d'habitants (2015). « Si nous rapportons le programme Assur School avec ce qui a été fait, le Togo va effectuer un saut qualitatif et approcher 40% de couverture de la population », a indiqué le ministre togolais de la santé, le professeur Moustapha Mijiyawa.

Notons que pour les dirigeants togolais, la lutte pour la protection sociale est intrinsèquement liée aux efforts pour développement et à la lutte contre la pauvreté. « Après les premiers succès de cette politique d'inclusion, le gouvernement souhaite offrir à la jeunesse scolarisée, des modèles de protection sociale. Car les élèves scolarisés représentent la force vive de la nation et sont amenés à la fin de leurs parcours à être les acteurs de la vie du pays », a ainsi introduit le gouvernement togolais dans son communiqué.

 Par Emmanuel Atcha

La Tribune     

Commentaires (0):
 
 Pas de commentaire pour cet article.

Pour laisser votre commentaire, vous devez vous logguer. Cliquez ici pour laisser votre commentaire.